Abdelkader Chaou (Casbah Blues, musique populaire d’Alger)

Musique populaire d’Alger

Ce genre musical naît au début du XXe siècle au coeur de la casbah d’Alger. Chaâbi veut dire «populaire». Il constitue le versant rugueux de la musique savante issue de la grande culture arabo-andalouse médiévale.
Les premiers musiciens de chaâbi sont des gens des campagnes venus peupler les villes. Les maîtres de cet art relativement récent ont pour nom Cheikh Nador, puis Cheikh El Hadj Mohamed El Anka et aussi Cheikh Hasnaoui. 

Le chaâbi mêle les instruments orientaux du classique arabo-andalou à d’autres venus du classique occidental. On y trouve le derbouka (percussions) et le tambourin, mais aussi le mandole (sorte de grosse mandoline aux sonorités de guitare, munie de quatre cordes doubles en métal), le violon et le banjo probablement introduit lors du débarquement des alliés Américains durant la seconde guerre mondiale, sans oublier le piano (Alger est réputée pour ses pianistes et ses accordéonistes).

Les joueurs de chaâbi utilisent toujours leur violon à la verticale comme ils maniaient, jadis, le gimbri qui n’a plus court. Quant au mandole, il a remplacé l’oud, le luth moyen-oriental. Il n’est pas rare d’entendre aussi le piano à bretelles.

Les chants du chaâbi, portés par l’idiome algérois ou berbère, se nourrissent de poésies anciennes mais aussi de textes originaux fiévreusement actuels. Avec, toujours en toile de fond, l’écho du patrimoine, la plainte ancestrale, le pays qui vous manque.

Né le 10 novembre 1941 à la Casbah d’Alger au sein d’une famille kabyle originaire de Tigzirt, Abdelkader CHAOU, devenu cheikh (Maitre incontesté), chante depuis plus de 40 ans.

C’est à l’occasion d’un radio crochet, animé par Radio-Alger qu’il se fait remarquer en 1959.

Quelques années plus tard, après l’Indépendance, Abdelkader CHAOU s’inscrit au conservatoire d’Alger, dirigé à l’époque par Hadj Mohamed El Anka fondateur du premier orchestre chaâbi (voir film El Gusto).

Grâce à l’école Mahboub Bati (Auteur-Compositeur, qui a mis la musique chaâbi au goût du jour en lui donnant sa véritable dimension populaire), Abdelkader Chaou obtient un fulgurant succès dans les années 1970 ou il s’illustra notamment avec la chanson ”Ya-l-âadra”, consacrée par le film ”Omar Gatlato”, réalisé par Merzak Allouache.

Ultime légende vivante de cette génération qui a à la fois fondé et façonné la musique chaâbi, virtuose au mandole et passé maître depuis longtemps dans l’interprétation du très riche répertoire de la musique populaire d’Alger, passant de chansons poétiques à des chansons beaucoup plus rythmées il nous enivre particulièrement dans sa si belle interprétation de la chanson ”Chehlat Layani” (de Abdel Hakim Gharami), avec ses sonorités inspirées de la chanson Quizas.

Jouissant d’une très grande popularité, dans le Maghreb et partout ailleurs,

Abdelkader CHAOU vit entre l’Algérie et la France et continue à se produire au niveau international.


Diffusé en Belgique par

logo_horizontal

 
  
Nabila Belkacem
Direction Artistique 
Tél : +32 2 203.81.11
Cel : +32 489.97.75.56
belkartevent@gmail.com